Zone euro: encore un peu de patience à avoir

  1. Blog
  2. Wanneer zijn de effecten van de Chinese stimulering voelbaar voor Europa

Zone euro: encore un peu de patience à avoir

Blog
23 avril 2019
Dans la zone euro, le principal point de l'agenda économique de cette semaine: l'indice IFO allemand sera abordé demain.

Ce vendredi, la première estimation de la croissance américaine au premier trimestre sera publiée. Pour les trois derniers mois de 2018, cette croissance atteignait encore 2,2 % (sur base annuelle). Il n’est pas du tout certain que ce chiffre aura été atteint au début de 2019.

Ainsi, l’effet positif de la baisse des impôts, instaurée début 2018, s’atténue tout doucement. La demande intérieure, tant de la part des ménages que des entreprises, a somme toute été peut-être modérée au cours du trimestre. Selon les prévisions, la contribution des exportations aura certes été plus positive qu’on ne l’espérait, malgré la dynamique économique plus faible dans le monde entier. Par ailleurs, les importations n’ont guère augmenté, de sorte que la balance du commerce extérieur (exportations moins importations) aura poussé le chiffre de croissance vers le haut.

Les marchés financiers attendent, eux aussi, avec intérêt le chiffre de la croissance américaine. Le sentiment parmi les investisseurs est en tout cas devenu plus positif au cours du premier trimestre. Fin 2018, la crainte d’une récession américaine en 2019 constituait encore une des raisons de délaisser les actions. Lorsque la Réserve fédérale a annoncé en janvier qu’elle ferait preuve de retenue en matière de relèvement des taux d’intérêt, l’ambiance a toutefois connu un revirement. Les investisseurs estiment que l’économie américaine entrera en récession moins rapidement.

 

Une croissance américaine de moins bonne qualité

 

Il va pourtant de soi qu’il faut continuer à suivre la croissance américaine de près. Ainsi, il se pourrait bien que le chiffre du premier trimestre soit resté solide, mais il y a également un autre aspect à prendre en considération, à savoir la « qualité » de la croissance.

Prenons les stocks par exemple. Depuis quelque neuf mois, on assiste à une augmentation remarquable du rapport entre les stocks constitués et les ventes réalisées dans la vie économique américaine. La constitution de stocks a un effet positif sur le chiffre de la croissance économique. Il s’agit en effet d’un « investissement ». Qui a toutefois ses limites. On ne peut continuer indéfiniment à constituer des stocks. Ceux-ci devront en effet être  vendus à un moment donné.

Les chiffres des stocks ont peut-être été « pollués » ces derniers mois par la guerre commerciale. Dans l’attente de tarifs nouveaux ou plus élevés, les importateurs américains ont déjà acheté davantage qu’en temps normal, alors que les exportations vers la Chine, par exemple de produits agricoles, ont implosé. Si les États-Unis et la Chine parviennent finalement à un accord commercial, ce sera naturellement une bonne nouvelle pour la croissance mondiale. Mais, en particulier pour les États-Unis, la diminution des stocks accumulés pourrait continuer à peser sur le chiffre de la croissance au cours des trimestres à venir.

 

Zone euro : encore un peu de patience à avoir


Dans la zone euro, le principal point de l’agenda économique de cette semaine : l’indice IFO allemand (confiance des entreprises) sera abordé demain.

 

Le PMI Markit allemand, cet autre important indicateur de la confiance des entreprises a été accueilli la semaine dernière avec une légère déception. Le chiffre de confiance de l’industrie s’est à peine repris (de 44,1 en mars à 44,5 ce mois-ci). Après les chiffres chinois encourageants publiés récemment, certains avaient tablé sur une reprise plus ferme.

Nous devons toutefois nuancer cette déception. Il est normal qu’il se passe quelque temps avant que les meilleurs chiffres chinois aient une incidence sur le plan international. Nous en avons déjà parlé la semaine dernière. Il y a traditionnellement un décalage de trois à six mois.

Pour ces mêmes raisons, nous ne nous attendons donc pas à un grand changement du baromètre IFO, mais une légère augmentation par rapport au mois précédent serait la bienvenue. C’est ce que les marchés financiers espèrent également. 



Publications macroéconomiques importantes

Du 23avril

au 26 avril

Jour de publication

Région/pays

Publication de

Période

Consensus

Mardi

Zone euro

Confiance des consommateurs (flash)

Avr

-7,2

Mercredi

Allemagne Indice IFO Avr 99,9
Jeudi États-Unis      

Commandes de biens durables sur 1 mois

Mar

0,4%

Vendredi

États-Uni 

Croissance du PIB sur 1 mois (sur base annuelle)

1T19

1,8%