Croissance tout juste positive pour l'Europe

  1. Blog
  2. Weinig economische lichtpuntjes - Luc Aben

Croissance tout juste positive pour l'Europe

Investissements
28 janvier 2019
Le président de la BCE Mario Draghi n'avait pas grand-chose à annoncer la semaine passée.

Il est somme toute resté relativement optimiste concernant la croissance économique dans la zone euro. Tout en adressant malgré tout une mise en garde.

Le contraire aurait été étonnant. Le nombre de chiffres étonnamment positifs se compte ces derniers temps sur les doigts d'une seule main. On pourrait même dire qu’un seul doigt suffit. Les (importants) indices Markit PMI (confiance des entrepreneurs) ont ainsi à nouveau été décevants. La confiance des entrepreneurs industriels allemands se retrouve même tout juste dans la zone de contraction. Ce, alors que l’économie française est frappée par la ‘jaunisse’...

Nous recevrons jeudi prochain une première estimation de la croissance économique dans la zone euro au cours du dernier trimestre de 2018. Elle sera tout au mieux légèrement positive : 0,1 % ou 0,2 %. Curieux aussi de voir comment évolue l’indicateur du climat économique de la Commission européenne (publication jeudi). En 2018, ce vaste baromètre de la confiance s’est effrité mois après mois, pour même recevoir une solide gifle en décembre. Tant l’industrie que le secteur des services et les consommateurs envisagent l’avenir de plus en plus prudemment. Il est peu probable que les nouveaux chiffres changent la donne.

On ne s’attend pas non plus à des changements quant au schéma d'inflation (nouveaux chiffres vendredi).

Tout compte fait, il est de plus en plus probable que la BCE ne touche pas à son taux directeur cette année. En mars, la banque centrale proposera de nouvelles projections pour la croissance et l’évolution des prix. Le moment idéal donc pour continuer à orienter la communication dans cette direction.

L’octroi de crédit, une lueur d’espoir en Europe

N’y a-t-il donc aucune lueur d’espoir ? Si, l’octroi de crédit. Le crédit et la dette ont souvent mauvaise réputation, surtout depuis la crise d’il y a dix ans. Mais ‘judicieusement utilisés’, ils sont cruciaux pour faire tourner l’économie tout en souplesse.

Chaque trimestre, la BCE examine où en sont l’offre et la demande de crédit. Le consommateur est devenu un peu plus réticent, mais les entreprises veulent continuer à investir. Leur demande de moyens financiers correspond à une augmentation des investissements de cinq pour cent sur base annuelle. À l’exception de l’Italie, où les esprits sont plus réservés, les banques européennes sont disposées à octroyer ces crédits. Il n’est donc pas du tout question de fermer le robinet. Nous attendons aujourd’hui les chiffres de crédit pour le mois de décembre.

Powell maintient son ton modéré

Aux États-Unis, la réunion de politique monétaire de la Fed et le rapport sur le marché du travail sont les principaux points macro-économiques des prochains jours. L’économie américaine continue, sous l’impulsion des consommateurs, à tourner à plein régime. L’industrie reste elle aussi solide, comme le confirmera le nouvel indice ISM (confiance des entrepreneurs) à la fin de cette semaine. Ce, malgré le dollar fort (qui rend les produits américains plus chers pour les acheteurs étrangers) et le ralentissement de la croissance économique mondiale. Un encadrement suffisant pour pouvoir s’attendre à la création de nombreux emplois.

Outre le nombre de nouveaux emplois, l’évolution des salaires horaires est également importante. Notamment en tenant compte de la politique de la Réserve fédérale (Fed). Le ‘tone of voice’ adopté par la Fed concernant des hausses de taux supplémentaires s’est quelque peu adouci ces derniers temps. Nous nous attendons à ce que le président de la Fed Jerome Powell maintienne ce ton après-demain. Malgré le taux de chômage peu élevé, nous n’avons jusqu’à présent constaté aucune escalade des salaires. Il importe toutefois de surveiller si un brusque changement de la situation intervient. La crainte du retour de l’inflation et d’une hausse des taux pourrait rendre les marchés financiers nerveux.

Mais nous n’en sommes pas encore là. Au contraire. Après une fin d’année difficile, les Bourses ont rebondi en janvier. Des perspectives plus modérées concernant la politique des banques centrales, principalement de la Fed, soutiennent ce rebond boursier.

Vigilance concernant les chiffres chinois

Ces derniers jours, les signaux quant à l’évolution du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis alternaient entre le positif et le négatif. Il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre. Nous savons entre-temps que l’économie chinoise ralentit, sans qu’il soit question d’un ‘atterrissage difficile’. Les décideurs politiques prennent également des mesures de soutien, en baissant les impôts, par exemple.

Quoi qu’il en soit, chaque chiffre chinois est suivi de près. Il s’agit cette semaine des indices PMI (confiance des entrepreneurs) pour le secteur des services et l’industrie. Nous considèrerions déjà comme une réussite une stabilisation par rapport à la fois passée.

Plus de clarté concernant le Brexit ?

Pour finir, le Brexit. Demain, le Parlement britannique votera sur le ‘plan B’ de Theresa May ainsi que sur quelques amendements qui ont été introduits par divers parlementaires. Nous avons toujours supposé qu’il n’y aura finalement pas de Brexit dur. Nous saurons demain peut-être (un peu plus) clairement si nous avons eu raison. Peut-être...



               

Publications macro-économiques importantes

Du 28 janvier au

1er février inclus

Jour de publication

Région/pays

Publication de

Période

Consensus

Lundi

Zone euro

Croissance du crédit YoY

Déc

3,4 %

 

 

Croissance monétaire M3 YoY

Déc

3,8 %

Mardi

États-Unis

CB Confiance des consommateurs

Jan

124

 

Royaume-Uni

Vote sur le Brexit

 

 

Mercredi

Zone euro

CE Climat économique

Jan

106,7

 

États-Unis

Fed Réunion de politique monétaire

 

 

Jeudi

Zone euro

Croissance BIP QoQ (1re estimation)

4Q18

0,2 %

 

 

Chômage

Jan

7,9 %

 

États-Unis

Revenu personnel

Déc

 

 

 

Dépenses personnelles

Déc

 

 

Chine

NBS Manufacturing PMI

Jan

49,3

 

 

NBS Non-Manufacturing PMI

Jan

53,9

Vendredi

Zone euro

Inflation CPI (flash)

Jan

1,4 %

 

 

Inflation de base CPI (flash)

Jan

1,0 %

 

États-Unis

Croissance de l’emploi

Jan

160K

 

 

Salaires horaires YoY

Jan

3,2 %

 

 

Chômage

Jan

3,8 %

 

 

ISM Manufacturing

Jan

54,1

 

Chine

Caixin Manufacturing PMI

Jan

49,7