Quand retrouverons-nous la sérénité ?

  1. Blog
  2. Wanneer keert de rust terug

Quand retrouverons-nous la sérénité ?

Blog
06 août 2019
La guerre commerciale sévit à nouveau et cela secoue fortement les marchés.

Temps de lecture estimé : 3 minutes

En bref : 

  • Trump augmente la pression dans la guerre commerciale. La Chine réagit fortement
  • Peu de publications macro-économiques cette semaine
  • Des résultats d’entreprises corrects soutiennent les marchés des actions

Nous avons déjà maintes fois souligné la nécessité d'une réduction de l'incertitude économique. Exactement le contraire de ce à quoi nous avons assisté à la fin de la semaine dernière, avec une nouvelle étape dans le conflit sino-américain.

Selon les estimations du FMI, ces développements nous coûtent quelque 0,2% à 0,3% de croissance. Cela alors que l’économie mondiale progresse actuellement à un rythme d’environ 3%. En cas de nouvelle escalade dans le conflit, ou simplement si l’incertitude persiste, les dommages ne pourront que s’accroître.

Peut-être Trump cherche-t-il, en étendant les droits d'importation, à mettre la pression sur la Fed pour qu’elle continue à abaisser le taux directeur. Depuis tout un temps déjà, le président appelle ouvertement à un net abaissement des taux d'intérêt. En attisant l'incertitude économique et politique, il pourrait lui-même provoquer de nouvelles actions de la part de la Fed.

Ce serait cependant une stratégie cynique et dangereuse. Et au vu des cours boursiers des deux derniers jours de cotation, les marchés ont en général le même raisonnement. D'un autre côté, si la volatilité est bien sûr fâcheuse, elle peut dissuader Trump d’exacerber les tensions à l’extrême. Car il mesure volontiers la réussite de sa présidence à l’aune de l'évolution de la bourse.

 

Le secteur des services doit se maintenir aux États-Unis

À l’agenda macroéconomique de la semaine figure, cet après-midi, l'important ISM Non-Manufacturing. Cet indice de confiance du secteur américain des services est retombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis l'été 2017. Une baisse conforme à l’évolution défavorable de la conjoncture, qui se précise aux États-Unis également.

Néanmoins, le sentiment dans le secteur des services (qui représente plus de 80% de l'économie américaine) est resté jusqu'ici plus positif que dans l’industrie. Ce qui est logique. Les services sont plus dépendants de la situation intérieure et sont moins affectés par les tensions commerciales internationales, par exemple.

Mais à terme, ces services ne resteront peut-être pas totalement insensibles à ce qui se passe dans le reste de l'économie mondiale. À un moment où à un autre, le ralentissement de l’activité industrielle risque de les contaminer. Voilà pourquoi nous tenons à l’œil cet ISM Non-Manufacturing afin d'observer s’il peut se maintenir.

 

Peu de changement en Chine et en Europe

Ce matin, nous avons déjà reçu le Caixin Services PMI. Un baromètre de confiance similaire émanant du secteur chinois des services. Il est modéré (51,6). Ce jeudi, de nouveaux chiffres sur le commerce chinois (importations et exportations) confirmeront cette modération.

À l’agenda macroéconomique européen, nous pointons la production industrielle allemande. Vu le faible niveau de confiance des chefs d’entreprise allemands, nous pouvons tout au plus espérer que les dommages en termes de production sur le mois de juin sont restés limités.
 

Les résultats des entreprises résistent bien

Dans ce climat macroéconomique incertain, un élément positif est tout de même que les entreprises ont réussi à présenter des chiffres solides au deuxième trimestre.

Quelque 70% des entreprises américaines et européennes ont publié leurs résultats à ce jour. En termes absolus, ils n’ont rien de spectaculaire. Le bénéfice (par action) aux États-Unis a augmenté de 4% en moyenne en un an. En Europe, on note même une baisse de 1%. Mais pour les deux régions, c’est mieux que prévu. Près de 80% des entreprises américaines dépassent les attentes. En Europe, c’est près de 60%. Il incombe à l’économie au sens large de rendre cela possible au second semestre également.


Principales publications macroéconomiques 

Du 5 Août au 9 Août

Jour de publication

Région/Pays

Publication de

Période

Consensus

Lundi

États-Unis ISM Non-Manufacturing Juillet 55,5%
Mercredi Allemagne  Production industrielle MoM Juin -0,6%
Jeudi Chine Importations YoY Juillet -7,6% 
    Exportations YoY Juillet  -2,2%