Entrer en bourse maintenant ? Conseils sur le timing

Van Lanschot
  1. Blog
  2. Nu instappen op de beurs Adviezen over timing

Entrer en bourse maintenant ? Conseils sur le timing

Blog
18 septembre 2018
Le taux du carnet dépargne est historiquement bas, les actions progressent depuis tout un temps et l’économie se redresse. Cela semble une évidence : le moment est venu d’épargner moins et d'investir plus. Ou est-il en fait trop tard et les actions sont-elles déjà trop chères ? Si c’est le cas, cela veut dire qu’on court après le marché, ce qui peut coûter de l’argent.

Mauvais timing

Le risque de « courir après le marché » n’est pas illusoire. Une étude sur le comportement des investisseurs démontre un effet négatif du timing sur les résultats des investissements. Les investisseurs ont tendance à entrer après une période de hausse et à sortir après une période de baisse. Ce comportement, que révèlent les flux entrants et sortants au niveau des fonds de placement, coûte aux investisseurs environ deux pour cent de rendement par an selon les estimations.

Cela soulève d’emblée trois questions : ne vaut-il pas mieux attendre un peu, jusqu’à ce que la situation se clarifie ? Peut-on faire une prédiction sur la bourse à court terme ? Y a-t-il une manière de réduire le risque d'un mauvais timing ?

1. Attendre un peu ?

Commençons par la première question : attendre un peu n’a pas beaucoup de sens. Il est vrai que cela apporte de la clarté sur la situation actuelle. Mais la vraie question est de savoir si cela apporte plus de clarté sur l'avenir du marché. Et la réponse est non. Attendre signifie uniquement que vous en savez plus sur le passé de la bourse, pas sur le futur.

2. Prédire la bourse à court terme ?

À l’IRM, la prévision à court terme est plus fiable que celle à plus long terme. Pour les investissements, c’est malheureusement l’inverse. Sur le long terme, le comportement des actions et des obligations est relativement prévisible. Mais l'investisseur hésitant ne veut pas une prévision à long terme. Car comme l’a dit l’économiste et investisseur Keynes, pour l’être humain, seul compte le court terme : ‘In the long run we are all dead.’ Un mois supplémentaire de données n’aide pas à établir un meilleur modèle prévisionnel. L’ajournement ne rend pas meilleure la décision d’investissement. Cela rend seulement le ‘long run’ (votre horizon de placement) un peu plus court.

3. Comment réduisons-nous le risque d'un mauvais timing ?

Pour commencer, il est utile d’examiner attentivement votre situation. De quel profil de risque s’agit-il ? Principalement des actions, ou plutôt des obligations ? Avez-vous déjà placé une partie, va-t-il encore y avoir un apport de fonds, ou au contraire faut-il déjà entamer le capital ? Et quelle est, personnellement, votre position par rapport au risque d'un mauvais timing ?

Constitution de capital pas à pas

Vous souhaitez vous constituer un capital pour le long terme ? Dans ce cas, il vaut mieux investir dès le départ. La raison en est simple. L'investissement rapporte plus à long terme que l’épargne. Si l’on constitue d'abord un capital en épargnant pendant des années et qu’après seulement on investit l’argent, cela rapporte toujours moins que si l’on investit directement chaque euro épargné. Et dans ce dernier cas, il n’y a pas de risque de mal choisir le moment du départ, car le départ est réparti sur de nombreux moments. Il s’agit donc d’étaler le départ et de s’en tenir au schéma prévu. Même si la bourse est défavorable. Cela vous donne un cours d'achat moyen, sans risquer d’avoir des regrets par la suite.

Des fonds directement disponibles pour investir

C’est différent si vous avez déjà constitué un capital, qui est à présent disponible comme épargne à investir. Démarrer directement en bourse, c’est s’exposer au risque d'un mauvais départ. Mais une entrée étalée signifie qu'une partie de l'argent disponible n’est pas directement investie. Vous maintenez donc une partie comme épargne. Et cela coûte, en moyenne, en termes de rendement. Si vous entrez en une fois pour la totalité, tous les fonds rapporteront d’emblée. Commencer directement est donc la solution ? Oui, d’un point de vue purement rationnel. Mais dans la pratique, les gens ont parfois du mal à franchir le pas. Ils se disent que la bourse va baisser ou ont peur de le regretter par la suite.

Regrets

Les regrets ultérieurs sont une question personnelle. Quel regard portez-vous sur une décision prise ? Imaginez qu’à chaque investissement important, vous procédez en deux parties. Si le timing de la première partie était bon, vous vous dites : c’est bien, j’ai déjà fait une partie. S’il était mauvais, vous êtes content d’être entré avec une partie seulement. Dans les deux cas, vous en gardez donc un sentiment positif.

Une étude du gestionnaire de fortune Vanguard montre que – historiquement parlant – dans deux cas sur trois, il aurait été préférable d’entrer directement. Dans un cas sur trois, il était plus rentable d'étaler l’entrée sur une certaine période (par exemple douze mois).

Qu’est-ce qui est le mieux pour vous ?

Une entrée étalée, en moyenne, coûte un peu en terme de rendement. Par contre, cela réduit le risque d'un mauvais timing. Cela fonctionne encore mieux en période d'incertitude, avec une bourse volatile. Précisément, donc, quand il est difficile d’entrer. Et comme l’incertitude et le recul de la bourse vont souvent de pair, entrer – même pour une partie seulement – est souvent judicieux.

S’il est plus facile pour vous, au début, d'étaler en deux ou trois étapes, c’est une bonne idée. À condition de prendre fermement la résolution de procéder effectivement aux étapes suivantes. Sinon, à chaque étape se posera à nouveau la question : entrer maintenant ou attendre ?

Vous aimeriez savoir quelle est, dans votre cas, la meilleure méthode pour (commencer à) investir ? Contactez-nous.

Van Lanschot