Nouveau round de financement des banques?

  1. Blog
  2. Nouveau round de financement des banques?

Nouveau round de financement des banques?

Investissements
04 mars 2019
Il faut en outre être attentif au fait qu'un (éventuel) nouveau programme de TLTRO se précise un peu plus.

Jeudi prochain, la BCE reverra peut-être ses prévisions en matière de croissance et d’inflation. Officiellement, la banque centrale se base encore actuellement sur une croissance dans la zone euro de 1,7 % en 2019. Cette prévision est trop optimiste. L’industrie surtout connaît des difficultés. L’Allemagne en est un bon exemple. Si nous passons le cap du 1,5 % cette année, ce sera déjà un succès.

La question est ensuite de savoir si la banque centrale adaptera également ce qu’il est convenu d’appeler sa ‘forward guidance’. En bref, cette ‘forward guidance’ implique que la BCE guide les marchés financiers en évoquant ouvertement dans les grandes lignes le timing et l’ordre de ses prochaines mesures politiques. Ainsi, on entend déjà depuis quelque temps la communication selon laquelle le taux directeur restera inchangé au moins pendant tout l’été de 2019 ou en tout cas, aussi longtemps que nécessaire. Si les prévisions en matière de croissance et d’inflation étaient revues à la baisse, il serait également logique de proroger le renvoi aux mois d’été.

Même si Draghi pourrait le faire à tout moment, cela est quand même destiné en grande partie pour le show avec, selon les prévisions, peu d’effet sur les marchés financiers. Quasiment aucun investisseur ne pense en effet que la BCE s’orientera vers une hausse des taux d’intérêt avant 2020.

Nouveau round de financement des banques ?

Il faut en outre être attentif au fait qu’un (éventuel) nouveau programme de TLTRO se précise un peu plus. Un programme de TLTRO fournit un financement à bon marché aux banques à condition qu’elles affectent les fonds à l’octroi de crédit aux entreprises et aux ménages. En 2020, la série de TLTRO précédente (2016) doit être remboursée à la BCE. Les banques pourraient financer ce remboursement moyennant une nouvelle initiative.

En fin de compte, des moyens supplémentaires ne devraient donc pas être mis à disposition pour octroyer du crédit, mais cela pourrait bien apporter un peu de calme. Les organismes financiers ne devraient pas se mettre à la recherche d’un nouveau financement sur le marché privé pour remplacer l’ancien.

Pareille mesure est toutefois sensible. Il y a en effet des banques italiennes et espagnoles qui ont fait appel aux TLTRO précédentes. Elles ont utilisé respectivement 34 % et 23 % du volume total. Les ‘hardliners’ (tenants de la ligne dure) au sein de la BCE veulent peut-être voir tout d’abord d’autres mesures prises chez certaines banques des pays du Sud avant de mettre à nouveau à leur disposition un généreux ballon d’oxygène financier.

Nous ne nous attendons donc pas à ce que la BCE prenne déjà une décision définitive cette semaine. Draghi confirmera plutôt que toutes les options sont à l’étude.
 

Petit pas de côté pour les investisseurs en actions bancaires…

Pour les investisseurs en actions financières, une nouvelle série de TLTRO pourrait être positive. Celle-ci pourrait coïncider à un certain moment avec la suppression du taux d’intérêt négatif sur les dépôts.

Un petit mot d’explication. Les banques qui ont trop de liquidités (qu’elles ne peuvent affecter à l’octroi de crédits) placent le surplus auprès de la BCE. Celle-ci applique toutefois un taux d’intérêt négatif de 0,40 % sur ces dépôts. Ce coût pèse sur la rentabilité et la solidité du secteur financier. En outre, le risque est réel que celui-ci soit (partiellement) répercuté dans le tarif de l’octroi de crédit qui a effectivement lieu.

Il s’ensuit dès lors que le taux négatif sur les dépôts contrarie dans une large mesure l’objectif des TLTRO : l’octroi de crédit à bon marché au secteur privé par un secteur financier suffisamment rentable (et donc en bonne santé). L’inversion de ce taux d’intérêt négatif sur les dépôts auprès de la BCE serait donc bien accueillie par les investisseurs.

Mais…, nous n’en sommes pas encore là. Si tant est que cette réflexion se présente à court ou à moyen terme…


Persistance de la robustesse du marché du travail américain

L’industrie américaine commence à souffrir du ralentissement de la croissance mondiale. Mais le secteur des services (plus important) continue à bien se porter. Selon nous, cela s’exprimera à nouveau demain par un beau score pour l’indice ISM Non-Manufacturing pour le mois de février. 

Traditionnellement, un nouveau rapport sur le marché du travail est publié le premier vendredi du mois. Précisément en raison de la robustesse du secteur des services, nous prévoyons une forte création d’emplois pour le mois précédent. Avec une croissance persistante des salaires horaires, mais toutefois pas au point que la Réserve fédérale doive adapter immédiatement sa position prudente concernant les augmentations futures des taux d’intérêt.


Les chiffres du commerce chinois se confirmeront-ils ?

Pour terminer, nous attirons votre attention sur les nouveaux chiffres du commerce chinois, qui seront publiés fin de cette semaine. Le mois dernier, ceux-ci ont surpris de manière positive. Avec une robuste croissance des exportations et une baisse dépassant les attentes des importations en janvier. Il faudra voir si les données commerciales pour février confirment cette tendance. La guerre commerciale et le récent Nouvel An chinois ‘polluent’ toutefois les chiffres des derniers mois, de sorte qu’il est difficile de se faire une idée claire.

La semaine dernière, les divers indices chinois ont fourni une image incertaine de la confiance des directeurs des achats (les PMI). La mesure sous l’angle des autorités officielles a déçu, tandis que l’indice Manufacturing PMI publié par la source privée Caixin a presque atteint à nouveau le niveau de croissance.

Quoi qu’il en soit, nous ne prévoyons pas d’ ‘atterrissage dur’ de l’économie chinoise cette année. Les mesures de stimulation prises manifesteront leur effet progressivement. Il va de soi que desnouvelles positives du front commercial pourraient également apporter une contribution importante.

 


Principales publications macroéconomiques

Du 4 mars au  mars inclus            

Jour de publication

Région/pays

Publication de

Période

Consensus

Mardi

Etats-Unis

ISM Non-Manufacturing

Fév

57,2

 

Zone euro

Ventes du commerce de détail sur 12 mois

Jan

1,8%

 

Chine

Caixin Services PMI

Fév

53,8

Jeudi

Zone euro

Réunion de la BCE

 

 

Vendredi

Etats-Unis

Création d'emplois

Fév

180K

 

 

Salaires horaires sur 12 mois

Fév

3,3%

 

 

Chômage

Fév

3,9%

 

Chine

Exportations sur 12 mois

Fév

-4,5%

 

 

Importations sur 12 mois

Fév

-1,5%