Malaise passager confirmé ?

  1. Blog
  2. Le marché de l'emploi reste solide aux Etats-Unis

Malaise passager confirmé ?

Blog
12 novembre 2019
L’hirondelle fait-elle le printemps de l’économie ? Tendance à confirmer dans les semaines à venir.

Temps de lecture estimé : 4 minutes

En bref : 

  • Chiffres chinois mitigés
  • Nous saurons jeudi si l’économie allemande est en récession 
  • Le consommateur reste le soutien majeur de l’économie aux Etats-Unis

 

La saison des résultats trimestriels touche à sa fin. Tant aux États-Unis qu’en Europe, environ 80% des entreprises ont publié leurs chiffres. Des chiffres qui, dans l’ensemble, dépassent les attentes. 78% des entreprises font mieux qu’attendu aux États-Unis, 60% en Europe. Avec, en moyenne, un dépassement de 4% et 1% respectivement. 

Autre signe encourageant : les chiffres de ventes sont solides. Aux États-Unis, l’entreprise S&P500 moyenne a vendu 4% de plus qu’il y a un an ; en Europe, on est à 2% pour les membres du Stoxx600. Cela signifie-t-il que l’incertitude macroéconomique actuelle au niveau mondial n’affecte pas trop la dynamique commerciale ?
 
Outre l’apparente détente dans les négociations commerciales sino-américaines, tout cela a boosté les cours des actions ces dernières semaines.
 
Quelques nuances s’imposent néanmoins. En premier lieu, s’il est vrai que l’évolution des bénéfices est supérieure aux attentes, elle reste modérée en termes absolus. Par rapport à la situation il y a douze mois, l’évolution est nulle aux États-Unis et légèrement négative (-1%) en Europe. Des chiffres pas vraiment de nature à enthousiasmer les investisseurs.
 
Ceux-ci espèrent dès lors que la progression des bénéfices s’accélérera au cours des prochains trimestres. Pour les États-Unis comme pour l’Europe, ils tablent sur une hausse des bénéfices d’environ 10% sur 2020. Ce qui voudrait dire que le malaise économique, surtout en Europe, n’est qu’un phénomène passager. 
 
Dans ce contexte, les optimistes perçoivent des signaux encourageants sur le front macro. Songeons au bond observé dans les derniers chiffres de la confiance des chefs d’entreprise (mesurée selon les Markit PMI) dans presque toutes les régions. L’inquiétude politique concernant le Brexit et la guerre commerciale a aussi baissé quelque peu. 
 
Néanmoins, tout cela doit encore être confirmé. La politique est souvent volatile. Avec parfois d’étranges rebondissements. Et si la perte de confiance des chefs d’entreprise semble momentanément interrompue, en termes absolus, les chiffres de confiance ne témoignent toujours pas d’entrepreneurs euphoriques.
 
Bref, une hirondelle ne fait pas le printemps. Reste à voir, dans la période à venir, si cette hirondelle annonce l’arrivée de toute une volée porteuse de meilleures nouvelles macroéconomiques. Ou si elle n’apporte qu’un faux espoir. 
 

Des chiffres chinois mitigés

Cette semaine, c’est la Chine qui est au centre de l’agenda macro. Avec notamment des chiffres sur les ventes de détail, la production industrielle et l’octroi de crédits.

Il se dégage des derniers indicateurs chinois un tableau mitigé. La confiance des entreprises industrielles telle que mesurée par Markit/Caixin était encourageante. Mais dans le secteur des services, ce même chiffre était plutôt médiocre. Comme c'était le cas des indicateurs de confiance fournis par le bureau statistique chinois officiel (NBS). 
 
Pour l'heure, il ne semble donc pas que les mesures de relance ciblées prises par les décideurs chinois depuis mi-2018 produisent déjà beaucoup de résultats concrets. À moins que les chiffres de cette semaine ne démontrent le contraire. Quoi qu'il en soit, c'est sous cet angle que nous interpréterons ces chiffres. 

 

Légère récession en Allemagne 

Dans la zone euro, la première estimation de la croissance allemande pour le troisième trimestre écoulé accaparera sans aucun doute l'attention. Si elle est inférieure à zéro, nos voisins allemands seront officiellement en (légère) récession. Mais cela mis à part, il est important pour un pays avec la structure économique de l'Allemagne que les scores de confiance dans l'industrie, que nous avons déjà évoqués, puissent se redresser. 

Jeunes pousses en Chine ?Joe Sixpack : solide comme un roc

Enfin, il convient de mentionner les nouveaux chiffres des ventes de détail américaines pour le mois d’octobre. Bien que Joe Sixpack soit un peu moins enclin à ouvrir les cordons de la bourse qu’avant l'été, il reste un soutien important pour l'économie. Tant que d'autres facteurs, comme les investissements des entreprises, ne montent pas d'un cran, cette situation persistera. Une situation favorisée par la solidité persistante du marché du travail et les marchés financiers florissants.

Enfin, il y a les chiffres du commerce chinois pour le mois d’octobre. À cet égard, les importations donnent une indication de la situation à l’intérieur de la Chine, tandis que les exportations sont plutôt révélatrices du climat commercial international.

 


Principales publications macroéconomiques 

Du 11 novembre au 
15novembre

Jour de publication

Région/Pays

Publication de

Période

Consensus

Mardi Allemagne
Indicateur ZEW Nov -13,0
Mercredi États-Unis
Inflation CPI MoM Oct 1,7%

  Inflation de base CPI MoM Oct 2,4%
  Zone euro Production industrielle YoY Sep -2,5%
Jeudi Allemagne
Croissance du PIB YoY 3Q19 -0,1%
  Chine Production industrielle YoY Oct 5,4%
    Ventes de détail YoY Oct 7,9%
    Encours de crédits YoY Oct 12,5%
    Masse monétaire (M2) YoY Oct 8,4%
Vendredi  États-Unis Ventes de détail MoM Oct
0,2%
    Production industrielle YoY Oct
-0,4%