Luc Aben espère pouvoir annoncer des nouvelles économiques positives

  1. Blog
  2. Luc Aben snakt naar positief economisch nieuws

Luc Aben espère pouvoir annoncer des nouvelles économiques positives

Blog
03 juin 2019
Les chiffres économiques viendront confirmer ou infirmer la nervosité des investisseurs.

Temps de lecture estimé : 3'

En bref :  

  • La confiance des entrepreneurs dans l'industrie et le secteur des services sera-telle à nouveau décevante?
  • Le nombre de nouveaux emplois créés aux EU peut être un soulagement
  • Les conditions du programme de simulation de la BCE pour l'octroi de crédits sont connues

Les investisseurs aspirent à recevoir des nouvelles réconfortantes. L’ESI (Economic Sentiment Indicator) de la Commission européenne a légèrement dépassé les attentes la semaine dernière. Cela vaut aussi pour la confiance des consommateurs américains. Mais les nouvelles positives s’arrêtent là. Le NBS Manufacturing PMI chinois a déçu. Et le président Trump a recommencé à brandir de nouvelles taxes. Cette fois-ci à l’encontre du Mexique. Il reste à voir s’il pourra effectivement s’exécuter. Mais le simple fait que les droits de douane puissent être une arme dans des discussions qui n’ont rien à voir avec le commerce ne favorise pas vraiment la confiance économique internationale.
Tout cela jette le trouble dans les marchés financiers. Nous allons recevoir, cette semaine, quelques données macro importantes qui peuvent confirmer ou infirmer cette nervosité.

Comment se portent les États-Unis ?

Nous songeons en premier lieu aux indices ISM américains. Nous allons recevoir cet après-midi cet important paramètre pour la confiance des entreprises dans l'industrie, et mercredi pour le secteur des services.

Des indices de confiance similaires, notamment les Markit PMI, ont récemment déçu. Dans ce cadre, l’affaiblissement soudain de la confiance dans le secteur des services est particulièrement frappant. Ce secteur représente plus de 80% de l'économie américaine dans son ensemble. Une autre déception en provenance de l'ISM Non-Manufacturing (mercredi) serait un signal pour le moins ennuyeux.

Ensuite, notons bien sûr le rapport américain sur l’emploi pour le mois de mai (publication vendredi). Dans tous les cas, les attentes pour le marché du travail ne révèlent pas, pour l’heure, que les marchés s’inquiètent au sujet de l’économie américaine. Le consensus table sur 180.000 nouveaux emplois. Sans accélération de la hausse des salaires. Si cela pouvait se réaliser, ce pourrait être un soulagement pour les investisseurs.

Il y a cependant un risque que l’on soit « en deçà ». En d'autres termes, il se pourrait bien que la création de nouveaux emplois ralentisse.

La BCE va-t-elle poursuivre sa marche arrière ?

Dans la zone euro, une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) est à l’agenda. Nous attendons des nouvelles sur les modalités des nouveaux TLTRO. Mario Draghi a déjà annoncé l’arrivée d’un nouveau cycle de financement bancaire à moindres frais. Jeudi, il pourrait en préciser les modalités. Vu l’effritement de la dynamique de croissance dans la zone euro et l'évolution toujours hésitante de l'inflation (nouveaux chiffres demain), ces conditions pourraient être généreuses.

Par ailleurs, il ne nous étonnerait pas que la BCE reporte à nouveau un premier relèvement du taux directeur. Au moins jusqu’à l'été 2020. Pour le moment, le discours officiel reste qu’un tel relèvement est possible à partir de début 2020.

En Europe, par ailleurs, la Commission européenne va s’exprimer au sujet des finances italiennes. C'est un exercice politique délicat. D'autant que Salvini se sent conforté par le résultat de la Lega aux élections. En outre, le taux italien à dix ans, s’il a légèrement augmenté ces derniers jours pour atteindre 2,66%, reste bien en dessous du « niveau critique » de 4%. Cela donne à Salvini l’occasion de fulminer contre les règles budgétaires de l'UE.

Les turbulences du côté de l’Italie pourraient engendrer des flambées régulières sur les marchés dans les semaines à venir. Après l'avis de la Commission européenne, le Conseil européen examinera, le 20 juin, ce qu’il y a lieu de faire.

La Chine débute comme prévu la semaine macro

Enfin, nous attendons mercredi les Chinese Services PMI, tels qu’établis par la source privée Caixin. Pour l'industrie, ce Caixin PMI était faible ce matin, mais pas inférieur aux attentes. Ce qui constitue déjà, malgré tout, de quoi entamer la nouvelle semaine.


Publications macroéconomiques importantes

Du 3 juin

au 7 juin

Jour de publication

Région/pays

Publication de

Période

Consensus

Lundi

Etats-Unis

ISM Manufacturing

Mai

53,0

Mardi

États-Unis

Commandes d'usine MoM

Avr

-1,0%

Zone euro Chômage (flash) Mai 7,7%


 

CPI Inflation YoY (flash) Mai            1,3%
    CPI Inflation de base YoY (flash) Mai 0,9%
Mercredi Etats-Unis   

ISM Non-Manufacturing

Mai

55,5

 

Zone euro         

Ventes de détail YoY

Avr

1,6%

 

Chine   

Caixin Services PMI

    Mai

54,4

 Jeudi 

Zone euro

Croissance du PIB YoY (3e estimation)

1Q2019

1,2%

 

Réunion stratégique de la BCE    
 Vendredi

Zone euro

Croissance des emplois

Mai 180K

 

Salaires horaires YoY Mai 0,3%

 

Chômage Mai 3,6%