Le marché de l'emploi reste solide aux États-Unis

  1. Blog
  2. Le marché de l'emploi reste solide aux Etats-Unis

Le marché de l'emploi reste solide aux États-Unis

Blog
05 novembre 2019
L'économie américaine n'est pas au bord du précipice.

Temps de lecture estimé : 3 minutes

En bref : 

  • Le consommateur américain garde confiance
  • Les entreprises américaines restent prudentes en matière d'investissement 
  • Signes probables d'une reprise économique en Chine

 

Le rapport américain sur l'emploi publié vendredi dernier était solide. Meilleur que prévu. Même en incluant les pertes d'emplois temporaires dans le secteur automobile suite à une grève chez General Motors, 128.000 nouveaux emplois ont été créés en octobre. De plus, les chiffres des deux mois précédents concernant la création d'emplois se sont avérés sous-estimés.

Ce beau rapport contraste quelque peu avec les indices qui mesurent la confiance des entrepreneurs américains. Une certaine prudence reste donc de mise. Mais tout de même : il ne semble pas que l'économie américaine soit au bord du précipice. Ceci dans un contexte international difficile. Sur le trimestre écoulé, la croissance a été de 1,9%. À peine moins que les 2,0% du trimestre précédent. La solidité persistante du marché du travail reste un soutien majeur pour la consommation et la dynamique intérieure dans son ensemble.

Dans ce contexte, nous attendons cette semaine l’indice de confiance des consommateurs tel que mesuré par l'Université du Michigan. Nous n’attendons guère de changement à ce niveau.

Demain, l'ISM Non-Manufacturing (confiance des chefs d’entreprise dans le secteur tertiaire) donnera une indication de la température économique dans les services, un segment important de l'économie américaine, tourné essentiellement vers l’intérieur. Nous avons déjà souligné à diverses reprises que la prudence accrue par rapport à l’industrie ne devait pas trop s’étendre au secteur des services. Pour l’heure, nous ne l’envisageons pas, mais cela reste un point d'attention.

 

Peu de propension à investir

Tout n’est pas rose pour autant aux États-Unis. Ainsi, la propension des entreprises à investir reste en mode mineur. Au troisième trimestre écoulé, l’évolution de ces investissements s’est avérée négative. Pour la deuxième fois de suite. Ceci est lié en grande partie au ralentissement du secteur industriel. Ce qui a encore été illustré vendredi dernier par la faiblesse persistante de l'indice ISM Manufacturing. Les États-Unis ne sont pas entièrement insensibles, eux non plus, au climat économique mondial.

Aujourd'hui arrivent les nouveaux chiffres sur les commandes d'usine. Ces chiffres sont médiocres depuis un bon moment déjà. Et nous n’avons aucune raison d'espérer une amélioration significative à ce niveau.

Pour résumer la situation : la dynamique est actuellement faiblissante aux États-Unis, mais la croissance reste soutenue. Ce qui est conforme à la tonalité du discours de Powell, le président de la Fed, lors de la conférence de presse de mercredi dernier. Ceci après que le taux directeur ait à nouveau été abaissé d'un cran pour soutenir la croissance.

 

Le consommateur européen, un relatif soutien

L'agenda macro de la zone euro est peu fourni cette semaine. Seules les ventes de détail pour septembre méritent d'être mentionnées. Après des mois de juillet et août modérés, il y a sans doute peu de changement à attendre. Mais avec une croissance d'environ deux pour cent en glissement annuel des ventes de détail, le consommateur européen reste un relatif soutien pour l'économie européenne.

 

Jeunes pousses en Chine ?

Pour terminer, nous nous intéressons au Caixin Services PMI en Chine. La semaine dernière, le Caixin Manufacturing PMI, l’indice de confiance dans l'industrie, dépassait légèrement les attentes. Le signe que les mesures incitatives du gouvernement commencent à porter leurs fruits ? Peut-être. Toutefois, les PMI similaires du bureau officiel de la statistique NBS n’affichaient toujours pas de redressement. Il faut donc se garder de tirer des conclusions hâtives.

Précisons néanmoins que les PMI émanant du NBS reflètent principalement le sentiment dans les entreprises d'État. Les indices de confiance de Caixin recouvrent plus largement le secteur privé. Dès lors, ils mesurent sans doute mieux la dynamique réelle sous-jacente.

Enfin, il y a les chiffres du commerce chinois pour le mois d’octobre. À cet égard, les importations donnent une indication de la situation à l’intérieur de la Chine, tandis que les exportations sont plutôt révélatrices du climat commercial international.

 


Principales publications macroéconomiques 

Du 21 octobre au 
25 octobre

Jour de publication

Région/Pays

Publication de

Période

Consensus

Lundi États-Unis
Commandes d'usine MoM Sep -0,5%
Mardi États-Unis
ISM Non-Manufacturing Oct 53,4

Chine Caixin Services PMI Oct  
Mercredi Zone euro Ventes de détail YoY Sep 2,5%
Vendredi États-Unis
Confiances des consommateurs (U. Michigan) Nov 96,0
  Chine Exportations YoY Oct -3,5%
    Importations YoY Oct -8,9%