La prudence dirige-t-elle la croissance?

  1. Blog
  2. La prudence dirige-t-elle la croissance

La prudence dirige-t-elle la croissance?

Blog
08 octobre 2019
Quelle direction va prendre la politique de la Fed?

Temps de lecture estimé : 3’

En bref : 

  • Les chiffres du marché du travail américain ont quelque peu rassuré.
  • Les marchés financiers tablent sur deux abaissements de taux d'ici mi-2020.
  • Les chiffres de la confiance des consommateurs sont importants.

Les actions ont connu quelques jours de volatilité. Ceci après que des questions aient été soulevées aux États-Unis au sujet de la croissance économique. La faiblesse des chiffres relatifs à la confiance industrielle a mis le feu aux poudres. Comme nous l'écrivions déjà la semaine dernière, ce n’était pas vraiment une surprise. L'industrie américaine rencontre elle aussi des vents contraires. Comme dans le reste du monde. Mais l'ISM Manufacturing s’est avéré encore plus bas que prévu.

En outre, l'ISM Non-Manufacturing (confiance des entrepreneurs dans le secteur des services) a également déçu. Ce fait, s’il n’a suscité qu'une réaction modérée en bourse, pourrait s’avérer très significatif à un peu plus long terme. Le secteur des services a en effet été, ces derniers mois, la force motrice de l'économie américaine. Avec une contribution importante du consommateur.

Pour contrer la crainte d'une récession, il est important que le sentiment réservé émanant de l'industrie ne finisse pas par contaminer les services. Le rapport sur le marché de l’emploi, somme toute solide, a en tout cas quelque peu rassuré sur la situation économique aux États-Unis. 

 

Les investisseurs peuvent-ils à nouveau compter sur la Réserve fédérale ?

Nous analysons évidemment la masse des chiffres américains en ayant à l’esprit la politique de la Réserve fédérale (Fed). Si les données économiques faiblissent, un nouvel abaissement du taux directeur peut être attendu. En décembre, par exemple. En tout cas, les marchés financiers tablent sur une telle décision. Jusque mi-2020, deux assouplissements supplémentaires sont même intégrés dans les cours.

Pour les investisseurs, la question qui s’ensuit est de savoir si ce serait suffisant pour soutenir les cours des actions. Ce qui, en tout cas, semble peu probable pour l’heure est que la Fed aille plus loin que les attentes en termes d'abaissement.

Prenons par exemple l'ISM Non-Manufacturing de la semaine dernière, et plus précisément le sous-indice ‘ISM Non-Manufacturing Prices’. Celui-ci évalue la pression des prix dans le secteur des services. Et que constate-t-on ? Il a augmenté. Autrement dit, si la dynamique de croissance a baissé d’un cran aussi dans le secteur des services, ce n’est pas le cas pour les prix. Ce qui, à son tour, peut inciter la banque centrale à ne pas trop assouplir sa politique monétaire. Peut-être en saurons-nous plus sur la position du président Powell après son discours, demain, à l’assemblée annuelle de l’association américaine des économistes d’entreprise.

Pour l’heure, en tout cas, nous maintenons notre politique d'investissement un rien plus prudente en ce qui concerne les actions. L'économie américaine ralentit à son tour, l’européenne continue à barboter et les banques centrales ne semblent pas enclines à prendre des initiatives surprenantes. À cela s’ajoute, bien évidemment, le conflit commercial persistant entre les États-Unis et la Chine. Cette semaine, les deux pays en discuteront à nouveau autour d'une table.

 

L'inflation américaine et la confiance des consommateurs au centre de l’attention

Pour le reste, l’agenda macro est assez maigre. Dans la zone euro, on attend les chiffres de la production industrielle allemande pour le mois d'août. Compte tenu des faibles chiffres de la confiance que nous avons reçus récemment, ce serait déjà bien si le chiffre publié n’était pas encore plus bas que prévu.

Pour le reste, nous nous intéressons à nouveau principalement aux États-Unis. Mercredi, nous en saurons plus sur les discussions menées par les administrateurs de la Fed lors de leur réunion stratégique de mi-septembre. Un abaissement de taux y a finalement été décidé, mais pas par consensus, loin s’en faut.

Jeudi, les nouvelles données relatives à l'inflation nous diront si notre évaluation de la pression des prix aux États-Unis, telle qu’évoquée brièvement ci-dessus, reste correcte. La confiance des consommateurs, telle que mesurée par l'Université du Michigan, nous permettra de mieux évaluer dans quel sens évoluent les dépenses des ménages. Rappelons-nous à quel point celles-ci sont importantes pour la trajectoire de croissance globale.

 

Principales publications macroéconomiques 

Du 7 au 11 Octobre

Jour de publication

Région/Pays

Publication de

Période

Consensus

Mardi China Caixin PMI Services Sep. 52,9
  Allemagne Production industrielle YoY Août -4,2%
Mercredi États-Unis
Procès-verbal de la FED    
Jeudi États-Unis
CPI inflation YoY (flash) Sep. 1,9%
    CPI inflation de base YoY (flash) Sep. 2,4%
Vendredi États-Unis
Conf. des consomm. (flash, Un. Mich.) Oct.  92,0