Joe Sixpack détermine la voie

Joe Sixpack détermine la voie

Investissements
11 mars 2019
Aux Etats-Unis, nous guetterons surtout les ventes du commerce de détail pour le mois de janvier, qui sont publiées cet après-midi.

Il fut un temps où les investisseurs en actions accueillaient une politique monétaire souple avec des cris de joie. Ce n’est pas vraiment le cas dans la zone euro à présent. Bien que la BCE ait différé d’au moins six mois une première augmentation du taux d’intérêt, tout en annonçant plus tôt que prévu un nouveau round de financement des banques (TLTRO), les bourses ont réagi avec déception. Les investisseurs se demandent si la banque centrale est donc si préoccupée par la situation économique.

Les prévisionnistes de la BCE ont en effet sabré vigoureusement dans leurs pronostics de croissance, plus vigoureusement qu’une banque centrale prudente ne le fait habituellement.

Tout cela doit toutefois être relativisé. Avec sa nouvelle prévision de croissance de 1,1 % pour 2019, la banque centrale se rallie simplement au consensus du marché. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’un chiffre bas choquant, qui tombe brusquement du ciel. En outre, comme Draghi l’a également souligné à juste titre, il y a toujours une croissance, certes à un rythme moins élevé, mais il n’est pas question de contraction. Qui plus est, si les tensions commerciales sino-américaines pouvaient s’apaiser et/ou si un brexit dur pouvait être évité, ces deux facteurs ralentissant la croissance pourraient déjà repasser un peu à l’arrière-plan au cours de la période à venir.

Nous ne voulons pas dire par là que nous ne devons pas surveiller de près la croissance. Ainsi le rapport sur le faible marché du travail américain publié vendredi dernier suggère qu’aux États-Unis également la dynamique perd de son intensité.

Les yeux sont fixés sur la Chine

Il va de soi que la Chine joue un rôle central dans l’orientation future de l’économie mondiale. Vendredi dernier, les nouveaux chiffres du commerce n’ont pu confirmer le signal encourageant du mois précédent. L’activité commerciale en février a même été franchement mauvaise. Bien que le Nouvel An chinois ait probablement parasité quelque peu les chiffres, cela a toutefois ravivé à nouveau les craintes de refroidissement de l’économie.

Les prochains jours, les chiffres chinois concernant les ventes du commerce de détail, la croissance monétaire et la production industrielle constitueront dès lors le principal point de l’agenda auquel il conviendra d’accorder de l’attention.

Joe Sixpack détermine la voie

Aux États-Unis, nous guetterons surtout les ventes du commerce de détail pour le mois de janvier, qui sont publiées cet après-midi. En décembre, ces chiffres avaient encore déçu.

La consommation représente environ deux tiers de l’économie américaine. La volonté de dépenser de Joe Sixpack détermine donc dans une large mesure le tableau général. Nous ne nous attendons pas à une reprise spectaculaire des ventes du commerce de détail, mais tout de même à une petite amélioration par rapport au (mauvais) mois précédent.

Pour terminer, pointons encore les nouveaux chiffres de l’inflation aux États-Unis (publiés demain). Depuis que la Réserve fédérale a annoncé en janvier faire preuve de prudence quant à un nouveau relèvement du taux directeur, les données économiques sont devenues un peu plus volatiles. La croissance américaine reste solide, mais n’atteint plus le rythme de 2018. En ce sens, l’attitude plus expectative de la Fed s’est avérée effectivement justifiée jusqu’ici.

L’évolution de l’inflation est bien entendu cruciale dans ce contexte. Nous savons déjà que les salaires horaires aux États-Unis augmentent progressivement, jusqu’à 3,4 % sur base annuelle. La productivité augmente toutefois également quelque peu, de sorte que la pression inflationniste à la hausse en raison des salaires horaires plus élevés est moins inquiétante. Le dollar fort exerce également une pression sur l’inflation. En conséquence, nous ne prévoyons pas de grand changement de l’inflation à court terme. Le patron de la Fed, Powell, ne doit donc pas changer son fusil d’épaule pour l’instant et peut voir venir les choses tranquillement.


Principales publications macroéconomiques

Du 11 mars au 15 mars inclus

Jour de publication

Région/Pays

Publication de

Période

Consensus

Lundi

Etats-Unis

Ventes du commerce de détail sur un mois

jan

0,0%

Mardi

Etats-Unis

Inflation IPC sur 12 mois

jan

2,2%

 


Inflation IPC sous-jacente sur 12 mois

jan

1,6%

Mercredi

Etats-Unis

Commandes de biens durables sur un mois

jan

-0,7%


Zone euro

Production industrielle sur 12 mois

jan

-2,1%

Jeudi

Chine

Croissance monetaire M2 sur 12 mois

fév

8,4%

 

 

Ventes du commerce de détail sur 12 mois

fév

8,1%

 

 

Production industrielle sur 12 mois

fév

5,5%

Vendredi

Etats-Unis

Confiance des consommateurs (UMich, flash)

mar

95,5

 

 

Production industrielle sur 1 mois

fév

0,4%