Les chiffres du commerce chinois annonceraient-ils une amélioration?

  1. Blog
  2. Chinese economische cijfers

Les chiffres du commerce chinois annonceraient-ils une amélioration?

Investissements
18 février 2019
Commençons par une note positive: les chiffres du commerce chinois semblent revivre.

Corrigée pour tenir compte des effets saisonniers, l’exportation a grimpé en janvier de 14,5 % sur base annuelle, alors qu’elle enregistrait encore une baisse de 7,8 % en décembre. L’importation a augmenté de 32,9 %. Ce pourcentage a également été corrigé des effets saisonniers.

Les rumeurs positives provenant des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis ces dernières semaines ont probablement eu un impact positif. Mais la prudence reste de mise. La guerre des taux a ‘pollué’ les chiffres du commerce de ces derniers mois. De nombreuses parties ont ainsi anticipé les taxes en achetant encore ‘vite vite’. À vrai dire, plus qu’elles n’en avaient besoin à court terme. De telles transactions ‘artificielles’ augmentent la volatilité des chiffres du commerce, de sorte qu’ils ne reflètent pas nécessairement la véritable situation sous-jacente.

Sans oublier le fait que les négociations traînent en longueur. Un nœud de discorde est la ‘profondeur’ des négociations. La Chine souhaite limiter l’accord à une légère augmentation des achats de produits américains et à l'ouverture au compte-gouttes de quelques marchés aux acteurs étrangers. Les États-Unis, pour leur part, veulent aller plus loin. Avec des réformes s’attaquant radicalement au système de l’économie chinoise, commandé par l'État. On ne sait pas encore très bien comment ces deux approches seront finalement conciliées. Les négociations se poursuivront cette semaine.

Il est évident que ce ‘dossier’ restera déterminant pour la période à venir. Avec un impact important sur les marchés financiers et sur la croissance économique mondiale. En tant qu’économie relativement ouverte, la zone euro dépend en effet en grande partie de cette dernière.

L’Allemagne évite de justesse une récession

L’économie allemande a tout juste pu éviter une récession au quatrième trimestre de l’année passée. L’exportation, principalement, était en difficulté. Ce qui n’est pas surprenant, compte tenu de la guerre commerciale.

Le Markit PMI pour la zone euro et l’indice allemand IFO nous donneront cette semaine une idée de la façon dont les entrepreneurs évaluent la situation. L’espoir d’une reprise de ces baromètres de confiance s’est toujours révélé vain ces derniers mois. Si les chiffres du commerce chinois susmentionnés indiquent effectivement une reprise de la dynamique économique mondiale, nous pourrions cette fois-ci ne pas être déçus. Nous entendons par là qu'une stabilisation des scores de confiance serait déjà un petit succès.

Un environnement international fragile doit être soutenu par des forces intérieures. Il convient également de tenir compte à cet égard de la baisse de la confiance des consommateurs européens depuis la mi-2018. Les nouveaux chiffres à ce sujet arriveront ce mercredi.

Un coup de pouce ne ferait pas de mal aux entreprises européennes...

Le contexte économique plus difficile dans la zone euro se reflète également dans les chiffres d’exploitation. Parmi les entreprises de l’Euro Stoxx 50 (soit les cinquante plus grandes cotations en Bourses dans la zone euro) qui ont déjà publié leurs chiffres sur le quatrième trimestre 2018, 56 % dépassent les attentes. Mais en termes absolus, les chiffres sont moyens. En moyenne, le bénéfice est d’un pour cent inférieur à celui du trimestre correspondant de l’année précédente. Ce sont principalement le secteur financier et les secteurs des biens de consommation durables et de l’industrie qui sont dans une mauvaise passe. Il s’agit là de secteurs qui sont sensibles à la dynamique économique. Et pour rester sur la lancée d'un début d’année positif sur les Bourses européennes, une amélioration de cette dynamique serait la bienvenue. …

et les chiffres d’exploitation américains surfent sur la vague économique

Le tableau est différent aux États-Unis. Là-bas, le chiffre moyen des bénéfices du dernier trimestre de 2018 est supérieur de 14 % par rapport à l’année précédente. Expliquer cette hausse par un fonctionnement tout en souplesse de l’économie américaine consiste probablement à enfoncer une porte ouverte.

Les États-Unis attendent aux aussi de voir comment l’économie va évoluer. Nous en avons déjà parlé. La semaine passée, les nouveaux chiffres sur les ventes au détail et la production industrielle ont été décevants. Et même si les États-Unis ont une économie relativement fermée par rapport à l’Europe, ils ne sont pas non plus immunisés contre ce qui se passe dans le monde extérieur.

Les chiffres macro-économiques les plus importants de ces prochains jours sont également les Markit PMI. Le procès-verbal de la dernière réunion de la Fed donnera également un meilleur aperçu de l’état d’esprit des banques centrales. Ces dernières semaines, la Fed a mis un frein à ses projets de rehaussement du taux directeur et de réduction de son bilan. Ce qui a permis de soutenir les Bourses. Nous pourrons probablement déduire du procès-verbal à quel point les banques centrales sont inquiètes concernant les perspectives de l’économie (américaine) et dans quelle mesure les différents administrateurs soutiennent ce changement de politique de façon unanime.

 


Publications macro-économiques importantes

Du 18 février au

22 février inclus

Jour de publication

Région/pays

Publication de

Période

Consensus

Mardi

Allemagne

Indice ZEW

Fév

-13,5

Mercredi

Zone euro

Confiance des consommateurs

Fév

-8,0

 

 

PV Fed

Jan

 

Jeudi

États-Unis

Commandes biens durables MoM

Déc

1,8%

 

 

Markit PMI Manufacturing (flash)

Fév

54,7

 

 

Markit PMI Services (flash)

Fév

54,3

 

 

Vente logements existants MoM

Jan

2,2%

 

Zone euro

Markit PMI Manufacturing (flash)

Fév

50,3

 

 

Markit PMI Services (flash)

Fév

51,2

Vendredi

Allemagne

Indice IFO

Fév

98,9