Êtes-vous sensible aux investissements durables et responsables ?

Van Lanschot

Êtes-vous sensible aux investissements durables et responsables ?

Blog
29 août 2017
Un nombre croissant d’investisseurs prennent leurs décisions en matière d’investissement sur la base d’autres critères que l’aspect purement financier. En effet, les arguments extrafinanciers entrent eux aussi en ligne de compte aujourd’hui. Les investisseurs actuels ne souhaitent plus investir leur capital dans des entreprises mêlées par exemple au travail des enfants, à l’énergie nucléaire ou à la production d’armes controversées.

La mesure selon laquelle ces thèmes influencent les décisions d’investissement diffère toutefois grandement d’un investisseur à l’autre. Il est par ailleurs nécessaire de faire la différence entre les investissements socialement responsables et les investissements durables. Explications dans cet article.

Investissements socialement responsables

Les investissements socialement responsables s’inscrivent dans une démarche d’engagement. Cela signifie que les investisseurs, forts de leur actionnariat actif, peuvent demander des comptes à des entreprises en ce qui concerne leurs performances sociales et environnementales, par exemple lorsque ces entreprises violent des conventions internationales et des lois relatives au travail des enfants ou au temps de travail, ou encore lorsqu’il est question de pollution environnementale à grande échelle.

L’objectif, à terme, est d’améliorer les performances sociales et environnementales desdites entreprises. Si le dialogue s’avère infructueux avec l’une d’entre elles, les investisseurs peuvent alors décider d’exclure celle-ci de leur portefeuille d’investissements. Néanmoins, cette exclusion ne constitue pas l’objectif premier des investissements socialement responsables.
 

Investissements durables

À l’instar des investisseurs responsables, les investisseurs durables prennent en considération aussi bien les critères financiers que extrafinanciers dans leur démarche d’investissement. Toutefois, les investisseurs durables excluent plus facilement les entreprises ou secteurs qui ne satisfont pas à certains critères sociaux et environnementaux préétablis. Citons notamment les entreprises de l’industrie du tabac, les entreprises productrices d’énergie nucléaire ou encore les entreprises qui ont fréquemment recours à la corruption.

Certains investisseurs durables se servent également des informations extrafinancières afin de sélectionner les entreprises les plus durables au sein de secteurs définis. C’est ce que l’on appelle le « screening positif ». Lors de la sélection d’entreprises pharmaceutiques, un investisseur durable appliquant le screening positif choisira par exemple les entreprises les plus transparentes qui redoublent d’efforts afin de fournir des médicaments aux pays en développement.

Qu’en est-il du rendement ?

Selon les nombreuses études scientifiques réalisées, il semblerait qu’à long terme, les investissements socialement responsables ne diffèrent pas des investissements traditionnels en matière de rendement. La conclusion vaut également pour les investissements durables, à moins que la stratégie d’investissement durable mise en place exclue une grande partie de l’économie. Dans ce cas, les risques d’écarts de rendement augmentent bel et bien.

 

Approche privilégiée par Van Lanschot

Depuis 2008, Van Lanschot propose à ses clients des solutions d’investissements socialement responsables, aussi bien pour la gestion conseil que pour la gestion de patrimoine. La majorité des fonds d’investissement qui sont proposés aux clients sont contrôlés chaque trimestre sur la base de critères extrafinanciers. Il en va de même pour les actions et obligations reprises sur les listes d’avis de Van Lanschot. Les investisseurs désirant exclure davantage d’entreprises peuvent également compter sur des solutions d’investissements durables.

Vous souhaitez discuter de votre patrimoine en toute confiance ? N’hésitez pas à prendre rendez‑vous.

Van Lanschot